Selon la légende, les Grecs voulaient prendre la ville de Troie depuis 10 ans mais n’y arrivaient pas, la ville étant très bien sécurisée. Un jour, le roi Ulysse imagina une ruse. Il envoya un homme nommé SINON près de Troie qui dit aux gardes troyens qu’il s’est fait torturer par Ulysse et Agamemnon. Alors, les gardes gardèrent cet homme camp pour la nuit.

Le lendemain matin, les Grecs n’étaient plus au bord des remparts, ils avaient disparu. Cependant, devant l’entrée, se dressait un immense cheval en bois. Priam, le roi des Troyens interroge SINON sur l’apparition soudaine de cet immense cheval de bois. Il leur répond que les Grecs, fatigués de se battre, sont repartis dans leur pays. Il leur raconte aussi que le cheval garantit la sécurité en mer aux Grecs tant qu’il restera hors de Troie.

Les Troyens sont joyeux. Il suffit de faire rentrer le cheval dans la ville pour se venger de leurs ennemis qui leur ont causé tant de souffrances. Malgré l’opposition de Cassandre, une des filles de Priam, qui avait le don de connaître l’avenir et qui prédit d’énormes catastrophes si le cheval rentre dans la ville, le cheval entra dans la ville.

La nuit tomba et les Troyens allèrent se coucher, Sinon s’approcha du cheval, frappa sur une de ses pattes. Aussitôt, une trappe s’ouvra sous le ventre de l’animal et des dizaines de guerriers Grecs en sortirent. Guidés par Sinon, ils entrèrent dans la ville, se débarrassèrent des sentinelles et ouvrèrent les portes.

Armés jusqu’aux dents, les Grecs prirent et incendièrent Troie. Les hommes sont tués, les femmes et enfants gardés comme esclaves.

En informatique, un cheval de Troie désigne un type de programme informatique malveillant (malware), invasif et parfois destructeur. Il est souvent porté :

– soit par un logiciel sous licence ( contrat par lequel le titulaire des droits d’auteur sur un programme informatique définit avec l’utilisateur les conditions dans lesquelles ce programme peut être utilisé, diffusé ou modifié.) et protégé, modifié par des hackers pour en faire cadeau à la communauté numérique ;
– soit par certains gratuiciels (Un logiciel gratuit, gratuiciel, ou freeware est un logiciel propriétaire distribué gratuitement sans toutefois conférer à l’utilisateur certaines libertés d’usage,note associées au logiciel libre), particulièrement lorsque ces derniers proviennent de sites de téléchargement apparemment légitimes voire réputés (ces derniers livrant le dit gratuiciel dans leur propre programme d’installation agissant tel un cheval de Troie, ajoutant un ou des programmes parasites aux côtés du gratuiciel et à l’insu de l’utilisateur).

Partagez!

Laisser un commentaire