Introduction à la programmation

Dans cet article, nous allons expliquer quelques concepts qu’il faut connaître lorsqu’in se lance dans l’apprentissage de la programmation. En apprenant la programmation, vous êtes appelé à penser et à réfléchir comme un analyste programmeur. Ce mode de pensée combine des démarches intellectuelles complexes, similaires à celles qu’accomplissent les mathématiciens, les ingénieurs et les scientifiques.

Comme le mathématicien, l’analyste-programmeur utilise des langages formels pour décrire des raisonnements (ou algorithmes). Comme l’ingénieur, il conçoit des dispositifs, il assemble des composants pour réaliser des mécanismes et il évalue leurs performances. Comme le scientifique, il observe le comportement de systèmes complexes, il ébauche des hypothèses explicatives, il teste des prédictions.

L’activité essentielle d’un analyste-programmeur est donc la résolution de problèmes. Il s’agit là d’une compétence de haut niveau, qui implique des capacités et des connaissances diverses : être capable de (re)formuler un problème de plusieurs manières différentes, être capable d’imaginer des solutions innovantes et efficaces, être capable d’exprimer ces solutions de manière claire et complète.

La programmation d’un ordinateur consiste en effet à « expliquer » en détail à une machine ce qu’elle doit faire, en sachant d’emblée qu’elle ne peut pas véritablement « comprendre » un langage humain, mais seulement effectuer un traitement automatique sur des séquences de caractères.

Un programme est une suite d’instructions, encodées en respectant de manière très stricte un ensemble de conventions fixées à l’avance que l’on appelle un langage informatique. La machine est ainsi pourvue d’un mécanisme qui décode ces instructions en associant à chaque « mot » du langage une action précise.

Langage machine et langage de programmation

Un ordinateur n’est rien d’autre qu’une machine effectuant des opérations simples sur des séquences de signaux électriques, lesquels sont conditionnés de manière à ne pouvoir prendre que deux états seulement (par exemple un potentiel électrique maximum ou minimum). Ces séquences de signaux obéissent à une logique du type « tout ou rien » et peuvent donc être considérés conventionnellement comme des suites de nombres ne prenant jamais que les deux valeurs 0 et 1. Un système numérique ainsi limité à deux chiffres est appelé système binaire.

Dans son fonctionnement interne, un ordinateur est totalement incapable de traiter autre chose que des nombres binaires. Toute information d’un autre type doit être convertie, ou codée, en format binaire. Cela est vrai non seulement pour les données que l’on souhaite traiter (les textes, les images, les sons, les nombres, etc.), mais aussi pour les programmes, c’est-à-dire les séquences d’instructions que l’on va fournir à la machine pour lui dire ce qu’elle doit faire avec ces données.

Le seul « langage » que l’ordinateur puisse véritablement « comprendre » est donc très éloigné de ce que nous utilisons nous-mêmes. C’est une longue suite de 1 et de 0 (les « bits ») souvent traités par groupes de 8 (les « octets »), 16, 32, ou même 64. Ce « langage machine » est évidemment presqu’incompréhensible pour nous. Pour « parler » à un ordinateur, il nous faudra utiliser des systèmes de traduction automatiques, capables de convertir en nombres binaires des suites de caractères formant des mots-clés (anglais en général) qui seront plus significatifs pour nous.

Ces systèmes de traduction automatique seront établis sur la base de toute une série de conventions, dont il existera évidemment de nombreuses variantes. Le système de traduction proprement dit s’appellera interpréteur ou bien compilateur, suivant la méthode utilisée pour effectuer la traduction.

On appelle langage de programmation un ensemble de mots-clés (choisis arbitrairement) associé à un ensemble de règles très précises indiquant comment on peut assembler ces mots pour former des « phrases » que l’interpréteur ou le compilateur puisse traduire en langage machine (binaire). Suivant son niveau d’abstraction, on pourra dire d’un langage qu’il est « de bas niveau » (ex : Assembleur) ou « de haut niveau » (ex : Pascal, Perl, Smalltalk, Clarion, Java…).

Un langage de bas niveau est constitué d’instructions très élémentaires, très « proches de la machine ». Un langage de haut niveau comporte des instructions plus abstraites ou, plus « puissantes ». Cela signifie que chacune de ces instructions pourra être traduite par l’interpréteur ou le compilateur en un grand nombre d’instructions machine élémentaires.

Compilation et interprétation

Le programme tel que nous l’écrivons à l’aide d’un logiciel éditeur (une sorte de traitement de texte spécialisé) sera appelé désormais programme source (ou code source). Comme déjà signalé plus haut, il existe deux techniques principales pour effectuer la traduction d’un tel programme source en code binaire exécutable par la machine : l’interprétation et la compilation.

• Dans la technique appelée interprétation, le logiciel interpréteur doit être utilisé chaque fois que l’on veut faire fonctionner le programme. Dans cette technique en effet, chaque ligne du programme source analysé est traduite au fur et à mesure en quelques instructions du langage machine, qui sont ensuite directement exécutées. Aucun programme objet n’est généré.

• La compilation consiste à traduire la totalité du texte source en une fois. Le logiciel compilateur lit toutes les lignes du programme source et produit une nouvelle suite de codes que l’on appelle programme objet (ou code objet). Celui-ci peut désormais être exécuté indépendamment du compilateur et être conservé tel quel dans un fichier (« fichier exécutable »).

Chacune de ces deux techniques a ses avantages et ses inconvénients : L’interprétation est idéale lorsque l’on est en phase d’apprentissage du langage, ou en cours d’expérimentation sur un projet. Avec cette technique, on peut en effet tester immédiatement toute modification apportée au programme source, sans passer par une phase de compilation qui demande toujours du temps. Par contre, lorsqu’un projet comporte des fonctionnalités complexes qui doivent s’exécuter rapidement, la compilation est préférable : il est clair en effet qu’un programme compilé fonctionnera toujours nettement plus vite que son homologue interprété, puisque dans cette technique l’ordinateur n’a plus à (re)traduire chaque instruction en code binaire avant qu’elle puisse être exécutée.

error: Contenu protégé